Nouvelles de la Légion

Soyez au fait des nouvelles de la Légion, en lisant les plus récents communiqués et articles issus de la Direction nationale de La Légion royale canadienne.

 

La réunion du Comité exécutif national

févr. 23 2015
Notes d’allocution Président national M. Tom Eagles

Notes d’allocution Président national M. Tom Eagles
À l’occasion de la réunion du Comité exécutif national tenue à la Legion House, 21 février 2015

Camarades, c’est la quatrième fois depuis que j’ai assumé la présidence que la plupart d’entre nous se rencontrons pour discuter de notre plan stratégique quant à l’avenir de La Légion royale canadienne; or, je me réjouis des changements que nous avons déjà adoptés et je suis déjà emballé par quelques-unes des initiatives que nous allons aborder aujourd’hui.

 

1. CONTEXTE

Vous vous souviendrez qu’en juin 2014, lors de notre congrès national tenu à Edmonton, en Alberta, j’ai annoncé mon plan d’action en six points, en y mettant particulièrement l’accent sur notre situation financière et notre adhésion. Cela dit, laissez-moi débuter avec notre situation financière, puisque nous venons juste d’avoir une réunion avec le comité Tournés vers l’avenir où l’on y a débattu en détail le Plan de réduction du déficit de la Légion. Nous poursuivrons aujourd’hui ces discussions, notamment en ce qui concerne les comités et les programmes.

 

2. AFFAIRES FINANCIÈRES

Les changements proposés pour les comités de la Légion et leurs programmes respectifs n’ont pas été faciles à adopter, tout comme d’ailleurs les changements au personnel de la Direction nationale. En fait, il ne faut pas s’en étonner, puisque les programmes de la Légion représentent une part importante de tout le budget de fonctionnement de la Légion.

Camarades, le comité du budget a clairement indiqué que La Légion royale canadienne ne pouvait se permettre de subsister sur des déficits annuels. D’où le besoin de remettre de l’ordre dans nos finances – comme l’ont l’exigé d’ailleurs nos délégués lors du congrès national. C’est donc mon intention de revenir à un budget équilibré au plus tard en 2016. Cela toutefois ne peut se réaliser que si nous prenons de difficiles décisions concernant les comités et leurs programmes. Afin de nous aider à gérer ces enjeux, nous avons adopté une approche à deux volets, soit (1) les comités et (2) les programmes.

En ce qui a trait aux comités, nous avons apporté des changements qui sont entrés en vigueur à l’automne 2014 :

  • Le nombre d’employés de la direction nationale qui participent aux événements a été réduit;
  • Les comités d’adhésion et de sensibilisation ont été fusionnés;
  • Le nombre de réunions annuelles des comités a été réduit à un;
  • Un usage accru des téléconférences au lieu de rencontres en face-à-face, ce qui a permis d’améliorer les communications, tant sur le plan du contenu que de leur fréquence;
  • Sauf quelques exceptions, seul les officiers élus sont admissibles à siéger sur les comités;
  • Nous sommes aussi à considérer d’autres sources de financement, incluant entre autres des possibilités de commandite et la création d’une Fondation du Souvenir. Ces sources de financement viendraient atténuer notre dépendance envers une adhésion fondée sur le nombre d’adhérents.

Nous abordons maintenant le troisième et peut-être le plus grand défi quant à la meilleure façon d’en arriver à un budget équilibré – les programmes.

Vous verrez à l’ordre du jour qui vous a été fourni, que vous aurez l’occasion de discuter quelques-uns des importants changements proposés à certains programmes de la Légion.

Or, il est essentiel aujourd’hui, si nous voulons parvenir à un budget équilibré pour 2016, que nous en arrivions à un consensus sur ce que doit d’être l’avenir de ces programmes.

Je ne doute aucunement que nous aborderons ces enjeux en gardant toujours à l’esprit mes critères concernant les programmes de la Légion, soit :

  • Les programmes nationaux doivent être économiquement rentables;
  • Les programmes nationaux doivent être d’envergure nationale;
  • Les programmes nationaux doivent contribuer aux intérêts de l’ensemble de la Légion;
  • Les programmes, tant des niveaux de la filiale, de la province ou à l’échelle nationale, doivent influer sur l’adhésion; s’il n’existe pas de corrélation, le programme devra alors être examiné;
  • Les programmes influent directement sur l’adhésion. Par exemple, si vous organisez des soirées de bingo, vous ferez en sorte d’attirer des gens d’un « certain » âge; de même en sera-t-il pour les jeux de fléchettes, la danse en ligne, et ainsi de suite. Ce à quoi je veux en arriver est que nous devons être conscients du fait que les groupes d’âge qui participent à nos activités seront ultimement les groupes d’âge que nous recruterons comme membres. Si nous ciblons un certain groupe d’âge, il nous faut dès lors être en mesure d’instaurer des programmes pour ce groupe d’âge bien précis. Dans le cas présent, des programmes destinés à un public plus jeune et à des membres potentiels;
  • L’adhésion découle des programmes… et, par extension, une filiale active avec de bons programmes se traduira par l’absence de problèmes d’adhésion.

 

3. VOIE À SUIVRE – ADHÉSION (RECRUTEMENT & MAINTIEN DES EFFECTIFS)

Vous comprendrez bien sûr que l’atteinte d’un budget équilibré devient très difficile lorsque la principale source de revenus est une capitation basée sur une adhésion qui ne cesse de décliner. La Légion royale canadienne doit, pour continuer à exister, pouvoir compter sur une masse critique de membres.

Aussi, pour continuer à opérer avec l’infrastructure et la structure de commandement actuelles, la Légion doit pouvoir compter sur une adhésion d’environ 400 000 membres.

Camarades, je sais que 400 000 peut paraître un nombre astronomique, mais il fut un temps où nous avions au moins 400 000 membres et davantage. Rappelez-vous qu’en 1984 nous avions un total de 602 000 membres! Cette tâche n’est pas donc impossible.

Notre capacité de communications s’est vue décuplée depuis quelques années. Nous sommes aussi en mesure d’envoyer des communiqués qui voient à souligner l’excellent travail qui est accompli à tous les paliers de la Légion et ce que nous faisons avec nos programmes, comme par exemple l’initiative « Leave the Streets Behind ». Les gens sont à l’écoute; les gens sont de plus en plus familiers et prêtent plus d’attention à la Légion.

Mais nous avons toujours besoin de votre soutien. Nous avons encore besoin de votre leadership, et de celui de nos directions provinciales, de nos districts, de nos zones, et, de façon plus importante, de nos présidents de filiales.

Soyons clairs! Nous avons tous intérêt à ce que la Légion atteigne une masse critique de membres si nous voulons vraiment demeurer pertinents au sein de nos communautés respectives.

Nous nous devons de faire les choses différemment que par le passé, parce que nous savons que les pratiques actuelles nous entraînent dans un déclin continu de notre adhésion. Plusieurs d’entre vous savez que je suis fortement en faveur de l’initiative émanant du Comité d’adhésion et de sensibilisation visant à permettre la présence des Dames auxiliaires au sein du CEN.

Nos meilleures estimations nous laissent croire qu’il y aurait plus de 75 000 membres chez les Dames auxiliaires. Or, je crois que ces membres devraient faire partie des discussions quant à l’avenir de la Légion.

Camarades, le visage du vétéran canadien subit un changement… ainsi en doit-il être pour la Légion. Il y a aujourd’hui trois vétérans pour tout ancien combattant qui a survécu à la Deuxième guerre mondiale ou à la guerre de Corée.

Ces vétérans un peu plus jeunes ont un profil différent et des priorités tout aussi différentes. Vu sous cet angle, nous avons durant nos congrès l’énorme responsabilité de changer et de s’adapter. En effet, le statu quo n’est plus une option.

 

4. SOMMAIREMENT

Encore une fois, merci de votre présence, et la plus cordiale bienvenue à la première réunion du CEN cette année. Entrons dans l’histoire en posant les premiers jalons qui verront à atteindre un budget équilibré en 2016 et à nous doter d’une masse critique de membres de la Légion.