Nouvelles de la Légion

Soyez au fait des nouvelles de la Légion, en lisant les plus récents communiqués et articles issus de la Direction nationale de La Légion royale canadienne.

 

Allocution d’ouverture du président national aux officiers supérieurs élus lors de la réunion budgétaire

nov. 26 2014
Tenue le 21 novembre 2014 à la Maison de la Légion (version abrégée)

Bienvenue à notre première réunion budgétaire depuis le congrès national de juin dernier, alors qu’il est devenu clair pour tous que la Légion se doit de changer sa façon d’opérer car le statu quo n’est plus acceptable.

C’est dans ce contexte particulier que j’ai présenté mon plan d’action en six points lors du congrès puis aussi à la réunion du CEN du 13 septembre 2014. À ces réunions, nous avons pu répartir les responsabilités de même qu’une série de critères afin que toute économie budgétaire soit objective, juste et transparente.

L’objectif de notre réunion d’aujourd’hui est de mettre l’accent sur trois éléments importants du budget de la Légion : la Maison de la Légion, les comités permanents de la Direction nationale et les programmes de la Légion.

La Maison de la Légion 

Le secrétaire national abordera cette question plus en profondeur mais je crois que les changements apportés à la Maison de la Légion étaient nécessaires afin d’atteindre un équilibre entre les économies promises à nos délégués et le besoin de sauvegarder une certaine expertise corporative à la Maison de la Légion.

Il s’agit là de changements importants à accepter pour nos employés de la Maison de la Légion et c’est une marque de leur appréciation vis-à-vis la capacité financière à laquelle fait face la Légion dans son entier que ces derniers les ont acceptés. Et je veux que chacun sache que ces changements ne sont aucunement un jugement sur l’excellent travail que les employés de la Maison de la Légion accomplissent. Bien au contraire, les mots manquent pour exprimer l’appréciation que ressentent les membres de la Légion envers l’énorme montant de travail requis pour pouvoir mener à bien une opération qui compte plus de 300 000 membres. Il s’agit tout simplement de faire face à notre réalité fiscale.

Comités permanents de la Direction nationale 

J’en ai déjà fait mention lors de la réunion du CEN en septembre dernier mais je tiens à le répéter en tant que faisant partie des efforts déployés pour prouver à nos membres que nous devenons plus responsables sur le plan financier. J’avais promis de réduire le nombre de membres sur les comités et de fusionner certains comités en même temps que nous ferions l’examen du personnel à la Maison de la Légion. Le tout a été accompli, par exemple :

  1. On a réduit le nombre d’employés de la Direction nationale qui participent à des évènements;
  2. On a fusionné le comité de l’adhésion avec celui de la sensibilisation;
  3. Chaque comité ne se réunit désormais qu’une seule fois par année;
  4. À quelques exceptions près, seuls les officiers élus peuvent être membres de comité.

Programmes de la Légion

J’ai déjà indiqué comment nous avons effectué des coupures difficiles et réalisé des économies en ce qui concerne les employés de la Maison de la Légion. Toujours dans le but d’économiser, j’ai fait adopter de nouvelles directives concernant les voyages et réunions de comités. Mais soyons honnêtes et reconnaissons que ces changements touchent seulement environ le quart du budget total de la Légion. Les programmes, qui eux représentent les trois-quarts du budget, sont là où les plus importants changements peuvent se produire afin de refléter notre réalité fiscale actuelle.

Camarades, le nombre de nos membres ne cesse de diminuer depuis 1986 alors que le nombre de programmes que nous finançons s’est accru durant la même période. Nul besoin d’être savant pour réaliser que cela n’est pas financièrement rentable. C’est pourquoi, en septembre, j’ai demandé à nos présidents de comité de démontrer le même esprit de coupures et d’économies que nous avions demandé de nos employés de la Maison de la Légion. À cette fin, nous avions demandé aux différents comités d’examiner leurs programmes respectifs afin de pouvoir discuter d’économies possibles lors de cette réunion budgétaire, et plus formellement à notre prochaine réunion du CEN en février 2015.

Pour atteindre cet objectif, j’ai demandé d’utiliser les critères suivants lors de l’examen des programmes :

  1. Les programmes de la Direction nationale doivent être de portée nationale;
  2. Les programmes, qu’ils soient nationaux, provinciaux, ou locaux (filiale) doivent avoir une incidence sur l’adhésion. S’il n’y a aucun lien, alors le programme doit être examiné;
  3. Les programmes ont un lien direct avec l’adhésion. Par exemple, si vous organisez un bingo, vous allez attirer des gens d’un « certain âge », la même chose avec le jeu de fléchettes et la danse en ligne, etc. Ce que j’essaie de dire est que nous devons être conscients du fait que le groupe d’âge qui participe à nos programmes est le même groupe d’âge que nous allons recruter. Si nous voulons cibler un groupe d’âge particulier, nous devons alors développer des programmes pour ce groupe d’âge en question. Dans ce cas-ci, des programmes conçus pour un public plus jeune et qui pourrait devenir membre.
  4. L’adhésion va utiliser les programmes donc, par conséquent, là où une filiale proactive offre des programmes appropriés, la question de l’adhésion se règlera d’elle-même.

Les efforts actuels d’action sociale vis-à-vis nos vétérans handicapés, jumelés aux abondantes manifestations de soutien que les Canadiens et Canadiennes démontrent généralement lors de la Campagne du Coquelicot, prouvent l’importance continue de la Légion au Canada en tant qu’emblème de service patriotique et de soins pour nos vétérans.

La longue liste de cérémonies commémoratives au sujet de la Première et de la Seconde Guerre mondiale maintiendra l’intérêt officiel envers nos vétérans pour plusieurs années à venir et la Légion devra s’assurer de jouer un rôle de premier plan concernant ces évènements et les questions qui les entourent. Cela ne peut se faire que si la Légion est financièrement solide. C’est pourquoi nous en sommes ici. En terminant, j’invite vos commentaires en espérant que les décisions prises aujourd’hui produiront les résultats nécessaires pour assurer la croissance de la Légion à ce tournant critique de son histoire.