L’imposture militaire (« Stolen Valour »)

Lorsqu’un individu prétend à des exploits de service militaire (on réfère, en anglais, au terme de « Stolen Valour ») et qu’il porte des médailles, un uniforme ou des décorations auxquels il n’a pas droit, ou qu’il possède des documents l’identifiant à tort comme militaire, ce dernier souille l’honneur et les sacrifices de ceux et celles qui portent l’uniforme à juste titre… et cet imposteur militaire enfreint la loi du fait même.

En effet, le port de l’uniforme des FAC par toute personne autre que le militaire même constitue une infraction en vertu des articles 419 A et B du Code criminel du Canada, tout comme le port d’insignes de service tels les médailles, rubans, écussons, chevrons ou autres décorations. Il en va de même du port de leurs imitations si celles-ci sont susceptibles d’être confondues avec l’authentique uniforme ou décoration. La Légion condamne toute action irrespectueuse envers les vétérans canadiens. De plus, la Direction nationale souscrit pleinement à la poursuite judiciaire rigoureuse à l’égard des imposteurs militaires.

La Direction nationale prend très au sérieux la question d’individus qui prétendent à des exploits de service militaire, et tient à rappeler à ses directions, filiales et membres le préjudice substantiel que de tels actes causent à ceux et celles qui ont servi, en plus des graves répercussions criminelles qui s’y rattachent.

La Légion n’a pas accès aux dossiers militaires personnels pour vérifier une accusation d’imposture militaire. Lorsque la Direction nationale est avisée d’une telle accusation au sujet de l’un de ses membres, qu’elle provienne d’un membre de la Légion, du public ou de l’organisme Stolen Valour Canada, une enquête est immédiatement déclenchée au niveau régional. S’il existe des preuves d’activité criminelle, l’accusation est signalée aux autorités locales et nous suivons l’enquête jusqu’à sa conclusion.

La Direction nationale suggère à quiconque soupçonne un individu portant frauduleusement des médailles de contacter leur service de police local. Si l’individu en question est un membre de la Légion, nous vous encourageons à contacter la direction provinciale à laquelle cet individu appartient pour les informer de l’activité criminelle soupçonnée.

Ensemble, nous continuerons d’appuyer le service et les sacrifices de nos vétérans, et de rendre hommage à leur patrimoine.

Le président de la Légion royale canadienne, M. Thomas Irvine, discute l’imposture militaire